Allain Leprest était un génie des mots, un parolier du paysage poétique français. Ses chansons sont de véritables viatiques pour des vies escarpées. Le temps de finir la bouteille est le titre que vous suggère le billet cette semaine.  Il figure sur l’album (re)Donne-moi de mes nouvelles (2007).

Dans ce texte, il est question d’illusions, d’un monde à refaire si cela était possible.  L’intermède entre la première gorgée et la dernière lampée d’une boisson dysphorisante vient redéfinir un monde qui pourrait mieux nous accueillir, peut-être même en chantant. Allain Leprest avec une lucidité lyrique qu’accompagne une ivresse tragique, nous emmène dans une réalité crue. 

Ce qui serre la gorge (car rien ne passe : ni air, ni liquide) c’est évidemment le texte sublime du poète qui égraine un paysage conditionnel douloureux. 

Mais gardons notre optimisme, l’espace-temps de la bouteille peut façonner de nombreux paysages, esquissons le nôtre.

HSV

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s